Portrait d’une pionnière de l’informatique : Ada Lovelace

Portrait d’une pionnière de l’informatique : Ada Lovelace

Commentaires fermés sur Portrait d’une pionnière de l’informatique : Ada Lovelace

Ce portrait est le premier d’un ensemble d’articles sur la place des femmes dans les sciences et plus particulièrement l’informatique que nous souhaitons partager via la newsletter de MIAGE Connection. Il s’agira de portraits, de résultats d’études, voire de tribunes. Tout contributeur est le bienvenu !


ada

Ada Lovelace, première programmeuse

Il était une fois, en Angleterre, sous le règne de la Reine Victoria, l’histoire d’une princesse de l’informatique : Augusta Ada Byron King, comtesse de Lovelace, connue sous le nom d’Ada Lovelace. Ada est née en 1815 à Londres, fille de Lord Byron (poète britannique très connu, mais quelque peu controversé de par sa vie amoureuse) et d’Annabelle Milbanke, aristocrate. Ada ne connue jamais son père, puisque 5 semaines après sa naissance, sa mère quitte son père (dont elle n’aime pas la vie amoureuse …).

Dans son programme scolaire, concocté par sa mère, sont inclues les mathématiques, fait rare pour cette époque, mais exclues les études littéraires. Son goût pour les mathématiques se développe fortement et elle s’entoure de tuteurs (notamment Auguste De Morgan) et connaissances scientifiques, dont Charles Babbage.

Il convient ici de faire une petite parenthèse sur Charles Babbage (1791-1871). Il est considéré comme l’un des pères de l’informatique, notamment grâce à la création d’un premier prototype d’ordinateur. Il souhaite créer une calculatrice mécanique et utiliser des cartes perforées pour donner des instructions et des données à sa machine. Elle est appelée « machine analytique », fonctionne à la vapeur avec des roues et engrenage mécanique, et ne sera jamais achevée du vivant de Babbage, mais est importante pour la suite de l’histoire.

De ses 20 ans à ses 24 ans, elle se consacre à son mariage, ses enfants (Byron, Annabella et Ralph Gordon) et à la bonne tenue de sa maison. Cependant son mari, William King, comte de Lovelace, est plutôt cool et l’autorise à reprendre ses études.

C’est alors qu’Ada développe SA contribution notable. Grâce à sa correspondance avec Charles Babbage, elle découvre la machine analytique et s’en entiche. Elle décide de traduire du français à l’anglais un mémoire écrit en français par un mathématicien italien qui décrit la machine analytique (au lieu d’écrire elle-même un mémoire en anglais). Puis, sous l’égide de Babbage, elle rajoute 7 notes à ce mémoire qui permettent d’apporter des compléments conséquents à celui-ci. La 7ème note est considérée comme étant le premier programme informatique jamais écrit. Certes, des algorithmes existaient déjà, mais la différence de celui d’Ada réside dans le fait que celui-ci porte l’intention de pouvoir être compris et exécuté par une machine, ce qui marque un pas entre les mathématiques, et le premier programme informatique.

Elle meurt à 36 ans d’un cancer des ovaires.

Ada a son jour à elle dans l’année (la classe), date variable autour de mi-octobre. Cette journée de commémoration a pour but de promouvoir la place des femmes dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques et de créer de nouveaux modèles pour les petites et grandes filles dans les domaines cités.

Il existe des stickers à son effigie (et ouais) (par ici). Il existe également un langage informatique qui a été nommé ‘Ada’ en son honneur. Vous trouverez plus d’informations par ici.

Réseaux sociaux

Nos partenaires

Back to Top