Interview de Vanessa Tempier, Manager de Projet chez Capgemini

Interview de Vanessa Tempier, Manager de Projet chez Capgemini

Commentaires fermés sur Interview de Vanessa Tempier, Manager de Projet chez Capgemini

Capgemini Logo: CMYK

 

Ce mois-ci nphoto Vanessa Tempier_Capgeminious retrouvons Vanessa Tempier, Manager de Projet chez Capgemini, qui répond à nos questions suite à son intervention, le 15 mai dernier, au forum de la Miage Descartes.

Après un début de carrière plus qu’atypique, chercheur linguistique et maître conférencier, Vanessa enchaine plusieurs expériences dans le domaine IT. Autodidacte, elle se forme vite aux rudiments du développement informatique et notamment aux technologies Web. Elle acquiert une solide compréhension des ERP, et plus spécifiquement du CRM, au travers des outils SAP.  En mars 2008, elle rejoint Capgemini en qualité de Consultante Fonctionnel. Six ans plus tard, elle dirige désormais de grands projets de transformation pour des clients de Capgemini.

Bonjour Vanessa, peux-tu nous présenter tes missions au quotidien ?

Je porte aujourd’hui deux casquettes, tout à fait complémentaires. D’une part, j’interviens  en qualité de Consultante Interne en solution métiers sur de nombreux projets. En ce sens, je conseille différentes équipes lors des phases clés de l’avancée de leurs projets. N’étant pas directement impliquée, j’apporte une hauteur de vue, un pragmatisme et une vision stratégique qui contribuent pleinement à l’amélioration des solutions, mais aussi au coaching proactif des équipes. D’autre part, je pilote également certains projets et je gère entre autres  le planning et le plan de charge, le budget, et veille à l’optimisation des standards de qualités et du niveau de rentabilité, sans oublier la prise en compte des facteurs de risque.

Qu’est ce qui te plaît le plus dans tes missions ?

On ne s’ennuie jamais ! Même si les problématiques se ressemblent, les clients sont tous différents et l’interface se doit de l’être également. La relation contractuelle n’est pas toujours aisée. Il faut donc constamment se réinventer, s’adapter et proposer des nouveaux compromis pour avancer. On peut rêver d’un monde parfait dans lequel il nous suffirait d’appliquer des solutions éprouvées, sans se soucier de l’aspect humain ; mais c’est cette approche collaborative et itérative qui fait l’essence même de notre métier.

En tant que Manager, quel regard portes-tu sur les étudiants actuels ?

Chaque année, on recrute beaucoup de jeunes diplômés chez Capgemini sur les métiers de l’intégration de systèmes. Je constate deux choses : la génération « dite Y » est habituée à un mode de vie accéléré. Toute tâche doit s’effectuer rapidement et sans grand effort, parfois aux dépens de la qualité. De ce fait, je rencontre régulièrement des jeunes avides de reconnaissance et de prise rapide de responsabilités, mais qui ne maîtrisent pas les fondamentaux. « Tout et tout de suite » c’est un peu cela (rire).

D’autre part, durant leur formation, les jeunes évoluent dans un « cocon », protégé de la réalité de l’entreprise. Certes, ils côtoient la vie professionnelle aux travers de stages ou de projets d’études mais ils gardent une certaine distance avec la réalité de l’entreprise. On peut reprocher à certains étudiants de chercher avant tout  à valider leur diplôme et cette logique, certes compréhensible mais très scolaire, est inadaptée au monde du travail. Il ne suffit pas de remplir une liste d’objectifs et de se dire que c’est fini, il faut au quotidien être force de proposition, autonome et se surpasser.

Cette vision n’est-elle pas un peu pessimiste ?

Absolument pas ! Les étudiants d’aujourd’hui ont de nombreuses qualités : une forte capacité d’adaptation, un esprit critique, une ouverture au changement. Le monde évolue et l’entreprise  doit s’y adapter. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est crucial d’intervenir dans le cursus pédagogique de nos futurs collaborateurs. Pour les étudiants, c’est un vrai plus pour leur formation; et pour nous, managers, c’est l’occasion de mieux comprendre nos plus jeunes collaborateurs et d’adapter notre management en conséquence.

Quel serait donc le profil d’un futur collaborateur?

Il n’y a pas de profil type. Dans mes équipes par exemple, je retrouve aussi bien des diplômés d’écoles de commerce, d’universités que d’écoles d’ingénieur. Je suis d’ailleurs moi-même diplômé de  linguistique (rire). C’est avant tout le degré de motivation qui va faire la différence. Soyez conscient(e)s de vos faiblesses, aussi bien sur le plan technique qu’humain. Tout ce qu’on veut, c’est ressentir votre soif d’apprendre. En somme ayez la niaque tout en restant humble.

Le 15 mai, tu as participé au forum de la Miage Descartes. Quel retour peux-tu nous faire ?

Dans mes équipes, je compte quelques « miagistes » et j’apprécie beaucoup leurs qualités. De ce fait, je n’ai pas hésité lorsqu’on m’a proposée d’intervenir à la Miage Descartes. Je n’ai d’ailleurs pas été déçue car les échanges étaient très intéressants et j’espère avoir réussi à convaincre certains de rejoindre Capgemini.

En présentant les métiers de l’intégration de systèmes, j’ai eu à cœur de mettre l’accent sur un point important dans nos métiers : les équipes fonctionnelles doivent collaborer constamment avec les équipes techniques. Les enjeux sont différents : pour les uns il s’agit de comprendre et de répondre aux exigences du client (pas toujours évidentes), pour les autres il s’agit de développer une solution qui peut s’avérer incompatible avec certaines de ces exigences. Pour que la collaboration soit efficace, il faut donc que chacune des deux parties fasse un pas vers l’autre. Pour cette raison, même si vous envisagez une carrière de consultant fonctionnel ou chef de projet, vous devez nécessairement maîtriser la technique et le développement applicatif. Il en va de votre crédibilité auprès du client et des équipes avec lesquelles vous allez être amené(e) à  travailler. C’est tout l’avantage de la formation MIAGE puisqu’elle forme les étudiants surtout à l’informatique, mais aussi à la gestion, au marketing et au management. Ce sont de très bonnes recrues pour Capgemini.

Réseaux sociaux

Nos partenaires

Back to Top