Interview : Teddy Kossoko nous présente Kissoro Tribal Game

Interview : Teddy Kossoko nous présente Kissoro Tribal Game

Commentaires fermés sur Interview : Teddy Kossoko nous présente Kissoro Tribal Game

Aujourd’hui nous rencontrons Teddy Kossoko un miagiste toulousain qui travaille depuis des années sur un projet qui lui tient à cœur. A travers cette interview il va nous parler de ce qui l’a motivé, des difficultés rencontrées et de ses perspectives d’avenir.

 

Bonjour Teddy, merci de nous accorder de ton temps pour cette interview, pour commencer pourrais-tu nous parler un peu de toi et de ton parcours ?

Bonjour Pierre-Charles. Merci pour l’occasion que tu me donnes de parler de moi et de mon projet. Donc pour la petite histoire, je viens de Centrafrique, et après un Baccalauréat D (l’équivalent du Bac S spé Biologie), et un Bac S spécialité Mathématiques, j’ai décidé d’intégrer la Miage à cause de la double compétence en informatique et en gestion des entreprises que la formation propose.

J’ai donc commencé par faire un DUT en informatique à Blagnac, puis j’ai dû pas mal bosser pour être bien classé et intégrer la Miage de Toulouse. J’étais très content quand après mon entretien, ma candidature à la Miage a été validée.

 

Merci à toi, le but de cette interview c’est de parler bien entendu de ton projet « Kissoro-Tribal-Game », donc pourrais-tu nous présenter ce projet ? D’où t’es venu l’idée ?  Depuis combien de temps travailles tu dessus ?

A la fin de mon DUT, je voulais réaliser un projet personnel pour valider mes connaissances. J’ai donc commencé par chercher des idées pour réaliser un projet innovant. C’était très compliqué car les bonnes idées ne courent pas les rues. J’ai donc décidé de m’orienter dans l’univers des jeux vidéo et même là, c’était compliqué.

Je ne suis pas un gamer et arriver dans le monde des jeux et vouloir trouver une idée innovante était trop ambitieux. Cependant, je me suis souvenu d’une citation qui dit que si on ne sait pas où on va, il faut savoir d’où l’on vient. J’ai donc commencé à chercher des idées en me basant sur ma culture et les jeux populaires chez moi. Après épuration de plusieurs idées, j’ai fini par garder le jeu de société Kissoro.

Le principe du jeu est simple : il faut récupérer les pions de l’adversaire pour l’empêcher de se déplacer. Ce jeu qui allie stratégie et réflexion est en fait un jeu millénaire qui a la particularité d’être présent sous différentes variantes dans tous les pays africains et se retrouve même au Moyen-Orient, en Asie et aux Caraïbes. Pour ne pas développer un jeu de société ennuyant, j’ai décidé de créer tout un univers autour du jeu, avec un mode campagne, un mode conquête multi-joueur, un mode défi et plein d’autres modes pour faire vivre à l’utilisateur une expérience unique.

 

C’est un bien beau projet qui a beaucoup gagné en visibilité ces derniers mois notamment en gagnant plusieurs prix si je ne me trompe pas ?

Les prix ont été le déclic je pense. Pendant environ deux ans, j’ai travaillé dans mon coin et je voulais faire de mon jeu le meilleur jeu de société africain sur les stores. J’ai donc misé sur des contenus de qualité permettant au joueur d’avoir des heures de jeu en perspective. Puis, je me suis dit que je devais essayer de proposer le projet, comme projet tuteuré à l’Iut de Blagnac, histoire de mettre en application le côté gestion de projet de la formation MIAGE. Les étudiants qui ont travaillé sur le projet l’ont abandonné et je me suis retrouvé avec trois mois de retard. Entre temps, un des étudiants avait posté les détails du jeu sur le site Jeuxvideo.com et c’est comme ça que j’ai été contacté pour participer à la Geek Touch à Lyon.

Pendant cet évènement, j’avais la possibilité de défendre mon projet en 5 minutes devant un jury. C’est comme ça que contre toute attente, j’ai remporté la Geek Touch 2017, face à de grandes équipes de développement de jeu. Le jury a été séduit par le projet en lui-même mais également par ma détermination et le message que je veux transmettre avec ce jeu. Puis quelques semaines plus tard j’ai été contacté par une association qui récompense des artistes et cette association durant un gala m’a décerné un prix. Par la suite, j’ai eu le soutien du Crous au travers de son dispositif culture Action et des responsables du FSDIE de l’université.

 

Et aujourd’hui où en est ton jeu ? Et quelles sont les prochaines étapes dans son avancement ?

Aujourd’hui le jeu est réalisé à 80% mais sur Android. Les 20% restants sont de petites fonctionnalités comme l’ajout d’un système de tchat, la possibilité du joueur de créer ses propres plans, donc rien de très complexe à mettre en place…
Entre temps, j’en étais arrivé à un niveau où continuer à financer le projet tout seul me prendrait encore deux ans de travail, du coup, j’ai décidé de lancer une campagne de financement participatif. La somme (5 000 euros), me permettra de payer mon graphiste, de me procurer du matériel de développement pour les plateforme IOS et de faire une bonne campagne de publicité. Pour l’instant j’en suis à 20% et j’espère que je la campagne sera un succès. Donc normalement, d’ici septembre, si tout se passe bien, le jeu sortira en version officielle sur Android et Ios et tout le monde pourra y jouer.

 

Quelles sont les difficultés que tu as pu rencontrer dans la réalisation de ton projet ?

Comme je l’ai dit plus tôt, la première grosse difficulté a été de trouver l’idée. Cette étape passée, il me fallait un bon graphiste, mais aucun ne voulait travailler pour moi avec mes moyens d’étudiant.

J’ai eu la chance finalement de tomber sur un gars qui a pris en compte mon budget d’étudiant et m’a fait un travail de qualité. Dans ce genre de travail, il faut savoir se motiver, car de nombreuses fois j’ai failli laisser tomber. Mais vu que j’y avais déjà injecté des sous, je ne pouvais pas me permettre de m’arrêter en route. Cela va faire 2 ans que je dors tous les jours à 2h du matin à cause de ce jeu, j’ai dû faire pas mal de sacrifice et mettre de côté les loisirs. C’est un choix dur à faire, mais quand on croit en son projet, on y met corps et âme.

 

Tu viens de terminer ton M2, les résultats ne devraient pas tarder, comment vois-tu ton avenir ?  Ton projet est-il pour toi une opportunité de te lancer dans l’entrepreneuriat ?

Enfin ! Je vais pouvoir en terminer avec les études, ça été un long chemin avec de belles rencontres. Dans l’idéal, j’aimerais trouver un emploi qui me plait et continuer à monter en compétence et acquérir plus d’expérience. A côté de cet emploi, je créerai ma petite société de jeux pour mettre en avant tous ces jeux de société qui existent et que personne ne connait aujourd’hui.

Cependant, il est difficile de coupler entrepreneuriat et travail à temps plein, mais j’ai pris le goût de travailler jusqu’à 2 heures du matin et ne dormir que 5 heures la nuit, donc je pense que je peux tenir ce rythme encore quelques années.

 

Nous en arrivons au terme de cette interview, merci à toi de nous avoir accordé un peu de temps. Y a-t-il quelque chose que tu souhaiterais ajouter pour conclure ?

J’aimerais vraiment remercier la MIAGE car elle m’a donné toutes les briques pour éveiller l’âme de l’entrepreneur qui est en moi.  Quand j’ai commencé cette formation, je ne m’attendais pas à tout ça et j’en suis plus que satisfait. J’y ai rencontré des gens formidables qui m’accompagnent même dans mes projets personnels et ça, ça vaut de l’or.

Et il reste quelques jours, avant la fin de ma campagne Ulule, donc si vous voulez me donner un coup de pouce et la booster, cela me sera d’une très grande utilité.

Merci encore à Teddy pour avoir participé à cette interview et si son projet vous parle n’hésitez pas à lui donner un petit coup de main via sa campagne de financement :

https://fr.ulule.com/kissoro-tribal-game/

 

Interview réalisée par Pierre-Charles Beauché 1er Vice président et VP Publications de MIAGE Connection

 

Réseaux sociaux

Nos partenaires

Back to Top