Interview de Thomas Aonzo Miagiste sous couverture à la FAGE

Interview de Thomas Aonzo Miagiste sous couverture à la FAGE

Un commentaire sur Interview de Thomas Aonzo Miagiste sous couverture à la FAGE

Aujourd’hui, nous recevons Thomas Aonzo afin d’échanger avec lui sur son parcours. 

Bonjour Thomas, pour ceux qui te connaissent, tu es un habitué de MIAGE Connection, mais pour les autres, pourrait tu rapidement te présenter et nous parler de ton parcours associatif ?

Bonjour Pierre-Charles ! Alors je m’appelle Thomas, et je suis un miagiste issu de la MIAGE de Nanterre.

Mon parcours associatif a commencé en 2014 dès ma rentrée en L3 où j’ai pu d’abord devenir webmaster du BDE de la MIAGE de Nanterre, appelé autrefois le BDE HotSpot, et j’ai pu notamment découvrir MIAGE Connection lors du MIAGE Intensive Camp de la même année à Nantes.

J’ai eu ensuite un double parcours d’associatif et d’élu, en devenant élu en conseil d’UFR, président du BDE HotSpot, élu ensuite en conseil central de l’université. J’ai ensuite eu un poste de VP en charge de la stratégie électorale à la F.A.X. (fédération de Nanterre), puis ensuite un poste de VP en charge des Affaires Académiques à MIAGE Connection avant d’être aujourd’hui en charge du Numérique au sein de la FAGE.

Tu as donc tenté l’aventure MIAGE Connection avec nous cette année pour finalement rejoindre le nouveau mandat de la FAGE en septembre peux-tu nous dire pourquoi ?

Après 5 mois au sein du bureau de MIAGE Connection, j’ai eu l’opportunité de rejoindre la future liste du bureau national de la FAGE, qui change chaque année en septembre. J’ai choisi d’accepter cette proposition car elle représentait une chance que je me devais de saisir. Très impliqué dans la dynamique associative, j’y ai vu la possibilité de pleinement m’épanouir et de travailler sur de nombreux sujets sérieux et passionnants en faveur des étudiants.

J’ai senti à ce moment-là que je serais bien plus utile à la FAGE pour l’ensemble des étudiants, et les miagistes.

Quel est ton rôle au sein de la FAGE et quelles sont les missions que tu as menées ?

Aujourd’hui je suis en charge du Numérique et de la Stratégie d’Influence Digitale. Mais mes missions sont très variées ! En plus de travailler sur la communication, je travaille sur la transformation numérique de la FAGE et les différents outils internes et externes, des fédérations et également d’une partie de la communication, j’accompagne plusieurs fédérations du réseau dans leur développement, lors de leurs week-ends de formations.
Également, nous travaillons avec l’ensemble du bureau sur des tâches transverses, notamment l’actualité des réformes et les périodes électorales dans les universités. Je travaille aujourd’hui plus particulièrement sur la réforme de l’apprentissage.

J’ai cru comprendre que tu travaille aussi beaucoup sur le projet Transparency At Work, peux-tu nous en parler un petit peu ?

Le projet Transparency At Work est un projet porté par la start-up InternsGoPro et soutenu au niveau européen. En France, la FAGE est copilote de ce projet. L’objectif de cette plateforme : créer la plus grande base de données transparente des retours d’expérience de stages, d’apprentissages et de premier emploi.

Pour notre réseau, c’est un outil de grand intérêt ! En plus de créer une vraie démarche de transparence et d’amélioration du marché de l’emploi, les données anonymes récoltées permettent d’identifier les problématiques majeures et précises de certains étudiants et de développer des projets afin de répondre à ces problématiques ! N’hésite pas toi aussi à aller noter tes expériences d’apprentissage 😉

Au final, ce projet peut apporter une réelle plus-value aux étudiants et tout particulièrement à des miagistes n’est-ce pas ?

Tout à fait, et je dirais même encore plus en MIAGE. Notre formation jouit d’une grande notoriété et d’une facilité d’accès aux stages et premiers emplois bien rémunérés.

Aujourd’hui cette facile insertion professionnelle nous aveugle pourtant de réelles problématiques que des miagistes peuvent rencontrer dans leurs premières expériences. Transparency At Work, c’est la possibilité d’identifier ces problématiques afin de les résoudre par la mise en place de solutions concrètes que les associations étudiantes créeront.

Un mot pour conclure ?

Pas un mot, mais plutôt une simple citation : « Agissez. Agissez ! Et votre exemple rayonnera » de Paul Bouchet, résistant et rédacteur de la charte de Grenoble.

Réseaux sociaux

Nos partenaires

Back to Top